Des chaussettes aux vêtements High Tech

Les débuts de cette maison, qui compte parmi les plus anciennes entreprises familiales de Bavière, sont « tricotés » : ce sont des bas, des chaussettes, des bonnets de nuit et des bonnets pointus typiques souabes qui constituaient la gamme proposée par le marchand de chaussettes Georg Schöffel. C’est en 1804 qu’il en avait reçu la concession. Schwabmünchen est, à cette époque, le bastion des tricoteurs. « Schwabmünchner Blau (le bleu de Schwabmünchen » est une garantie de qualité.

L’histoire de la société Schöffel, qui s’étend sur plus de 200 ans, consiste en épisodes et d‘événements, de cas de chance et de coups du sort. Peu après la création de la petite entreprise, le fils de Georg Schöffel, Josef, doit partir pour la guerre. Le jeune de Schwabmünchen sauve la vie du prince héritier de Bavière Louis au cours des combats. La conséquence : une rente à vie pour Josef, qui lui permet d’investir dans son commerce ambulant de chaussettes et aplanit les obstacles qui se trouvaient sur le chemin de son mariage avec Theresa, la fille d’un cultivateur. Plus tard, les marchands ambulants tendent à se sédentariser et établissent à Schwabmünchen leur commerce textile, qui est transmis de génération en génération et est étendu.

Une nouvelle page est ouverte après la seconde guerre mondiale : comme Ludwig Schöffel, le patron désigné de l’entreprise, est tombé en Russie, c’est son cadet, Hubert, né en 1930, qui prend sa place en empruntant bientôt des voies personnelles. Le jeune homme, qui a alors 28 ans, mise d’abord sur un plan ambitieux : il fait construire une maison de vêtements moderne. Celle-ci est ouverte en 1960 et est dirigée pendant des décennies avec prudence et habileté par sa femme Lydia, qui meurt en 1999.

Hubert Schöffel cependant, dirigeant en sixième génération, continue à vouloir voguer vers d’autres rivages. En 1961, l’année de naissance de son fils Peter, une fabrique de pantalons en cuir reste sur le carreau. Hubert Schöffel n’hésite pas longtemps et pénètre sur un terrain inconnu. Dès septembre, trois machines à tricoter crépitent dans son propre bâtiment de production. Les pantalons de rue sont désormais le second pilier de Schöffel. Ce sont bientôt 40 collaborateurs qui cousent des pantalons pour hommes et pour enfants. La randonnée devient à la mode en tant que passe-temps de loisirs au cours des années du miracle économique qui commencent : Schöffel fabrique, avec le pantalon, l’habillement qui convient à cela. Même l’idée de fixer le pantalon de ski par-dessus la botte, voit le jour à Schwabmünchen en tant que pantalon jet. Une nouvelle ère a commencé.

Au cours des années 70, ce sont des nouvelles matières, des nouveaux procédés de revêtement et de nouvelles tendances qui déterminent l’économie textile. Hubert Schöffel aussi est en permanence à la recherche d’alternatives. L’une d’entre elles s’appelle « GORE-TEX® », une membrane imperméable et résistante. Mais dès 1981, ce chapitre est clos, des défauts techniques déstabilisent les clients et le fabricant. Mais Schöffel et la société Gore mettent ensemble en œuvre une vision reconnue comme juste. Pour pouvoir, dans le cadre d’une prochaine campagne publicitaire, faire mettre suffisamment de marchandise à disposition par Gore, Schöffel commande, pour transformer la nouvelle matière, les capacités de soudage nécessaires pour 24.000 vestes – notez-le bien, sans avoir une seule commande dans son carnet. 1983 le démarrage se fait sur deux rails : Sport Schuster à Munich commande 70 anoraks de montagne « Tibet », Gore fait passer une annonce pleine page dans un grand quotidien. Dès midi, le jour de sa parution, tous les anoraks sont vendus. Des milliers d’entre eux le seront au cours des prochains moins. La marche triomphale de GORE-TEX® et de Schöffel a commencé. Suivent les années du boom, qui vont de pair avec la prochaine relève générationnelle chez Schöffel. En 1986, Peter Schöffel rentre dans l’entreprise de ses parents et reprend la direction générale au début des années 1990 après ses années d’apprentissage dans le marketing et la distribution.



Dans les décennies qui suivent, Schöffel devient un des fabricants leaders de vêtements fonctionnels de ski et de plein air dans l’espace germanophone en jouant dans de nombreuses régions d’Europe un rôle déterminant en tant que marque prémium. Le groupe d’entreprise se subdivise en la marque Schöffel et la division Professional Wear. Ce qui est décisif pour le succès de la marque, c’est la concentration claire sur la gamme de vêtements et la structure d’entreprise gérée par son propriétaire, qui permet des décisions rapides et à court terme comme par exemple l’étape consistant à investir massivement dans la publicité télévisée.

Quelques 200 personnes travaillent au siège de l’entreprise, qui est toujours Schwabmünchen.

Schöffel vous demande d'accepter les cookies afin d'optimiser les performances, les fonctionnalités des réseaux sociaux et la pertinence de la publicité.